Le Québec est arrêté depuis maintenant près de 2 mois, prenant tout le monde par surprise. Comme je l’ai mentionné dans cet autre billet, durant cette période particulière, nous vous avions conseillé une certaine approche afin de bien vous positionner pour la reprise de l’activité économique. La cloche sonne, la vapeur commence à se faire voir et le bateau est de toute évidence sur le point de quitter le port. Êtes-vous à bord ?

Interpréter les signaux

De façon générale, sauf si vous avez fuit la civilisation par crainte d’être infecté via les ondes 5G, on comprend que le déconfinement progressif est déjà bien entamé. Les enfants sont de retour sur les bancs d’école, les commerces avec pignon sur rue ont ouvert leurs portes et nous pourrons sous peu retourner chez le coiffeur. Le message véhiculé est clair : nous nous dirigeons vers un retour à la normale.

L’agence de recouvrement ARM travaille avec plusieurs joueurs importants de différentes industries, et ce, partout au Canada. De façon générale, les entreprises reconnues comme importantes ont rapidement ressenti une pression morale, exercée par la population et par les journalistes, et ont toutes pris la décision de modérer drastiquement ou de suspendre leurs activités de recouvrement. Présentement, que ce soit les câblodistributeurs, les fournisseurs de téléphonie et d’internet, les sociétés d’État, les compagnies d’assurance, tous nos partenaires se préparent à relancer leurs efforts.

Bouton go

Vos clients ont présentement les moyens de vous payer

Nous pouvions difficilement, au début de cette crise sanitaire, envisager des mesures aussi généreuses déployées par nos gouvernements. Plusieurs personnes, grâce aux prestations d’urgence du Canada et autres programmes, gagnent autant sinon plus qu’en étant au travail, ce qui place les créanciers dans une position morale et financière favorable pour se faire payer. Si l’incertitude régnait à la fin du mois de mars, aujourd’hui, les commandes en ligne battent leur plein, les restaurants innovent et prospèrent avec leurs menus pour emporter, et plusieurs autres industries et entrepreneurs ont su tirer profit de cette crise.

Il serait pourtant naïf de croire que cette prospérité, largement artificielle, perdurera encore longtemps pour tout un chacun. Nous pouvons aisément prévoir que la situation financière de plusieurs individus se détériorera de façon significative dans la prochaine année, soit à cause d’une baisse générale de l’activité économique, de difficultés à s’adapter au marché changeant de l’emploi ou de toute autre raison imprévisible à ce point-ci. À ce moment, non seulement sera-t-il virtuellement impossible de vous faire payer, mais advenant que votre débiteur déclare faillite, ce qui sera probablement le lot de plusieurs, malheureusement, cette créance ira directement dans vos pertes et vous serez privé de tout autre recours présentement à votre disposition.

argent pour payer

Quoi faire ?

Si vous êtes le moindrement familier avec le concept de prescription légale, vous savez que le temps joue contre vous. Lorsqu’on parle d’une créance relativement récente dont le montant n’est pas particulièrement élevé, l’étape suivante est plutôt évidente : le recouvrement externe.

Nous ne vous demanderons évidemment pas de nous croire sur parole, mais bien d’observer les stratégies utilisées par les géants des différentes industries. Bien sûr, ces sociétés ont développé des processus éprouvés pour gérer adéquatement leurs comptes recevables et auront peut-être même mis en place un département de pré-recouvrement à l’interne, s’ils possèdent l’expertise et les ressources nécessaires. Malgré ces efforts, elles font tout de même le choix de confier plusieurs centaines de milliers de dollars de mauvaises créances, parfois plus, annuellement, en recouvrement externe. Pourquoi font-elles ce choix d’affaires ?

Selon notre expérience et le contact privilégié que nous avons avec plusieurs de nos clients prestigieux, il s’agit d’un calcul relativement simple. Tout dépendant des secteurs d’activité et de la qualité de la relation que ces compagnies cultivent avec leur clientèle, ARM recouvre en moyenne entre 20% et 60% du capital assigné. 

Même si certaines compagnies prévoient utiliser ultérieurement des recours légaux pour les créances non recouvrées, particulièrement si les sommes sont considérables, utiliser d’abord notre service de recouvrement est tout simplement plus rentable que d’utiliser systématiquement les services d’une firme légale. Même lorsqu’ils obtiennent un jugement en leur faveur ou lorsque le délai de prescription est écoulé, plusieurs de nos partenaires voient un avantage évident à nous confier ce genre de créances. 

Comme j’ai tenté de l’illustrer par l’image ci-dessous, le principe de base consiste à recouvrer le maximum de cet argent dû, à chacune des étapes de l’entonnoir, afin de minimiser vos pertes liées à vos mauvais payeurs. Ça vous semble inutilement complexe ? Plusieurs de nos nouveaux clients ont appris à leurs dépens qu’un jugement est rarement accompagné d’un paiement et qu’ils auraient eu avantage à d’abord nous confier leurs dossiers en recouvrement externe. Et même une fois le jugement obtenu, nous pouvons alors donner un second souffle au recouvrement de cette créance, et nous en confier la gestion s’avère à la fois sensé et souvent très rentable.

Processus gestion des mauvaises créances

Mot de la fin

En tant qu’entrepreneur, vous comprenez mieux que quiconque les notions de timing et d’opportunités. Il s’agit du bon moment pour vous faire payer avant que la fenêtre ne se ferme, peut-être définitivement. Souhaiteriez-vous explorer des solutions à la source, reconnaissant que la première étape de ce processus n’est pas aussi performante qu’elle le devrait ? Notre filiale Comméléo inc. se spécialise dans la gestion des comptes recevables et des campagnes de pré-recouvrement.

ARM est toujours intéressée à explorer de nouveaux partenariats d’affaires et nous aurions peut-être avantage à travailler ensemble !

0 0 vote
Article Rating